Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des mots pour panser et se repenser

Des mots pour avancer sur le chemin de la vie en toute sérénité. Des mots pour comprendre qu'en chacun de nous se trouve le plus beau des trésors. Des mots qui nous rappellent que nous sommes la seule personne responsable de notre vie et de notre bonheur. www.jenniferletellier.fr

Quel regard portez-vous sur votre maladie ?

Le mot "maladie" n'est jamais agréable à entendre, et il est totalement légitime de vouloir effacer ce mot de notre vocabulaire, de notre corps, de notre vie. 
Pourtant, ce mot, cet état s'invite parfois. Cette maladie ou ces maladies qui se présentent, un temps durant, mais aussi de temps à autre tout le long d'une vie. 

La maladie n'est pas forcément quelque chose qui se voit, elle n'impose pas tout le temps un handicap physique, c'est vrai, elle peut être très vicieuse et pernicieuse, elle peut ronger de l'intérieur, installer la terreur, la colère et la rancoeur, le mal-être et la douleur. 

On met tout en oeuvre pour combattre la maladie, les traitements, le corps médical, les différents soins tentent à permettre au corps de gagner la bataille. 
Mais nous oublions aussi que beaucoup de maladies ne tuent pas, pourtant, elles sont un véritable frein à l'épanouissement de la personne qui la subie. 

Après une longue errance médicale, beaucoup de remises en questions, même l'impression d'inventer ce que le corps ressent, on peut parfois entendre un mot, le nom d'une maladie mais aussi le fait qu'aucun traitement ne pourra l'éradiquer. Il sera possible d'apporter un certain confort mais pas de l'enrayer. 

Doit-on être en colère ... contre soi, son corps, la maladie ? 
Doit-on voir avec rancoeur chaque soin, chaque traitement que l'on viendra à s'apporter ? 

Je suis certaine que NON. 

On pense souvent que c'est à la personne "malade" de composer sa vie avec la maladie, comme si la maladie avait pris possession des lieux, comme si c'était elle qui décidait de tout. 
Et bien non, c'est terminé, décidez que c'est à la maladie de composer avec vous, que jamais elle ne viendra à ternir votre état d'esprit. 

Beaucoup ont l'impression de perdre leur temps au cours de leurs soins, mais que ce soit au moment de la prise de vos médicaments, un massage chez le kiné, les gouttes dans vos yeux, les crèmes sur votre peau, les moments où il vous faut gérer votre douleur, les moments où votre urticaire est tellement présent que vous avez l'impression que vous ne pourrez jamais cesser de vous gratter, les moments où il vous semble que la maladie vous fait un pied de nez et que c'est elle qui va gagner et bien dites-lui merci. 

Oui, vous lisez bien "dites-lui merci" parce que votre corps a tellement fait, tellement porté, n'ayant de votre part jamais été véritablement respecté, que ces moments de soins, ne doivent pas être vécus comme une contrainte, un rappel à la maladie, non ces moments doivent être vécus avec plaisir, un temps merveilleux dans le respect de vous et de votre corps. 

Combien de temps passez-vous à prendre soin de l'intérieur de votre habitation ? A ranger, nettoyer, dépoussiérer afin de vous y sentir bien ... Vous oubliez que votre véritable intérieur, c'est ce qui vibre en vous, c'est cette merveilleuse enveloppe corporelle, qui attend aussi que vous lui accordiez de l'importance. 

On oublie souvent ce que le corps est capable de gérer ainsi que toutes nos propres capacités, la maladie ne doit pas être un frein à la confiance, ni même à l'épanouissement de soi, de ses rêves, de sa vie. 
 

Il me semble aussi que beaucoup ont l'impression de devoir se justifier, surtout quand la maladie physiquement ne se voit pas, alors on se compare, on s'en veut de ne pas pouvoir faire plus, de ne pas faire autant que les autres. 
Cessez de vous juger, puisque de toute façon vous faites toujours au mieux. 
Cessez aussi d'avoir honte, honte des symptômes physiques engendrés par la maladie. 
Soyez fier(e) de vous, honorez votre courage, votre force. 

Personne ne vit votre vie, personne ne sait ce par quoi vous passez, ni même ce que vous ressentez. 
Alors, vous n'avez rien à prouver, aucune approbation particulière à attendre. 

Alors, peut-être que dès à présent, vous pourriez vivre vos soins, la maladie, le rapport à votre corps autrement, avec plus de tolérance à votre égard et plus de respect. 

 

Jennifer 

 

www.jenniferletellier.fr 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Jennifer Letellier

Hypnothérapeute et consultante en relation d'aide spécialisée en psychologie positive
Voir le profil de Jennifer Letellier sur le portail Overblog

Commenter cet article

Jerome 19/06/2019 12:47

https://www.sante-corps-esprit.com/douleurs-chroniques-sarno/

Jerome 19/06/2019 12:47

Comme d'habitude on a 40 ans de retard sur les américains qui en plus sont loin d'etre intelligent
https://www.sante-corps-esprit.com/douleurs-chroniques-sarno/