Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des mots pour panser et se repenser

Des mots pour avancer sur le chemin de la vie en toute sérénité. Des mots pour comprendre qu'en chacun de nous se trouve le plus beau des trésors. Des mots qui nous rappellent que nous sommes la seule personne responsable de notre vie et de notre bonheur. www.jenniferletellier.fr

Revisiter Arlequin ... pour parler du bonheur et de la liberté d'assumer qui l'on est.

Je dois l'avouer, au-delà du personnage et du rôle qu'on lui a donné, la tenue d'Arlequin m'a toujours intriguée. 
Tous ces morceaux de tissus, multicolores, cousus les uns aux autres ... Cette tenue que certains pourraient penser être une faute de goût, un vêtement démodé. Personnellement, elle m'a toujours ramené à une certaine vision du bonheur, unique, authentique. 

Je vais peut-être refaire l'histoire de ce personnage mais qu'importe, j'apprécie d'ouvrir d'autres portes, nourrir d'autres points de vue ... Alors là, où la commedia dell'arte fait d'Arlequin un bouffon, un paysan, un génie malfaisant moi j'aime y voir l'ambivalence que beaucoup portent en eux. 


Et si la tenue d'Arlequin était tout simplement un patchwork de bonheur, où différents souvenirs de sa vie ont été tissés pour révéler une vie riche de sens, de joie, d'espoir et d'expériences, certaines plus douloureuses aussi ... Mais c'est aussi cela la vie. 
J'apprécie ce côté assumé, où la mise à nue de sa vérité, de ses défauts, de ses qualités sont pleinement mises en avant, qu'importe si l'autre vient à se moquer. 
N'est-ce pas ce que chacun se souhaite ? ... Se détacher du regard extérieur, vivre en s'écoutant soi, sans peur du jugement. 

Et pourtant, cette assurance "vestimentairement" revendiquée semble être freinée .... Arlequin ne porte t'il pas un masque noir ? Cet accessoire qui s'oppose à l'authenticité qu'il porte, ses valeurs s'expriment en couleur mais son visage reste caché derrière cette obscurité. 
Sans parler de son sabre ... élément d'attaque mais surtout de protection, car l'autre est souvent vécu comme un prédateur et par conséquent "moi" je suis une proie. 
Alors, si je peux me permettre, en toute bienveillance, j'aimerai dire à chaque Arlequin de la planète : 

Assume pleinement qui tu es, ôte le masque que tu portes et qui t'empêche de te connaître véritablement. La pleine expression de ton bonheur passe par la place que tu t'accordes dans ta vie, et le respect que tu t'offres. 
Décide de cesser d'attendre que quelque chose de particulier vienne à changer dans ta vie pour changer ton état d'esprit car de l'attente née la frustration, mais également le vide, le manque, les excuses qui t'empêchent d'avancer quoi qu'il puisse se passer. En réalité, il n'y a qu'une chose à modifier c'est la façon dont tu regardes ton monde, la façon dont tu te regardes. 
Observe le beau, le vrai, la simplicité et tu prendras rapidement conscience que là où tu voyais le verre de ta vie totalement vide, en fait, il restait un peu de ce liquide coloré de bonheur, de confiance et de joie. Et sans même en prendre conscience ton verre deviendra une fontaine qui s'auto-alimente en beauté, en respect, en rêves à rendre réalité. 
Profite malgré les aléas, profite parce que la vie mérite d'être vécue, profite parce tu n'es pas là pour jouer le rôle de quelqu'un que tu n'es pas, profite parce que toujours tu resteras une valeur ajoutée et que tu peux porter avec bienveillance ton bonheur telle une parure qui brille et qui scintille. Qu'importe que ta parure fasse sensation ou soit jalousée, critiquée, ta parure c'est à toi de la créer sur-mesure et d'en être fier(e). 
Sois cet Arlequin, qui s'assume et qui enlève son masque et se libère de son sabre. 
Sois juste toi. 


Jennifer Letellier 

www.jenniferletellier.fr 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Jennifer Letellier

Hypnothérapeute et consultante en relation d'aide spécialisée en psychologie positive
Voir le profil de Jennifer Letellier sur le portail Overblog

Commenter cet article